sexta-feira, 17 de abril de 2015

PATER NOSTER / PADRE-NOSSO, de Jacques Prévert









Notre Père qui êtes au cieux

Restez-y

Et nous nous resterons sur la terre

Qui est quelquefois si jolie

Avec ses mystères de New York

Et puis ses mystères de Paris

Qui valent bien celui de la Trinité

Avec son petit canal de l'Ourcq

Sa grande muraille de Chine

Sa rivière de Morlaix

Ses bêtises de Cambrai

Avec son océan Pacifique

Et ses deux bassins aux Tuileries

Avec ses bons enfants et ses mauvais sujets

Avec toutes les merveilles du monde

Qui sont là

Simplement sur la terre

Offertes à tout le monde

Eparpillées

Emerveillées elles-mêmes d'être de telles merveilles

Et qui n'osent se l'avouer

Comme une jolie fille nue qui n'ose se montrer

Avec les épouvantables malheurs du monde

Qui sont légion

Avec leurs légionnaires

Avec leurs tortionnaires

Avec les maîtres de ce monde

Les maîtres avec leurs prêtres leurs traîtres et leurs reîtres

Avec les saisons

Avec les années

Avec les jolies filles et avec les vieux cons

Avec la paille de la misère pourrissant dans l'acier des canons.




Tradução de Silviano Santiago:



Padre nosso que estais no céu

Permanecei lá

Que nós ficaremos pela terra

Que é algumas vezes tão bela

Com os mistérios de Nova Iorque

E ainda os mistérios de Paris

Que se equivalem aos da Trindade

Com o pequeno canal de Ourcq

A grande muralha da China

O rio de Morlaix

Os confeitos de Cambrai

Com o oceano Pacífico

E as duas fontes das Tulherias

Com os bons meninos e os caras maus

Com todas essas maravilhas do mundo

Que estão aqui

Na terra simplesmente

De graça para todo o mundo

Espalhadas

Maravilhadas elas mesmas por serem tais maravilhas

Mas que não ousam confessá-lo

Como uma bela moça nua que não ousa se mostrar

Com as assustadoras desgraças do mundo

Que são legião

Com os legionários

Com os torcionários

Com os patrões deste mundo

Os patrões com seus padres poltrões e

mercenários

Com as estações

Com os anos

Com as belas moças e com os velhos chatos

Com a palha da miséria apodrecendo no aço

dos canhões.




(Ilustração: Thomas Benton - poker night)



Nenhum comentário:

Postar um comentário